Mathématiques du chaos

Salut à tous !

Je ne sais même pas par où commencer tellement ce livre recèle de surprises. Je suppute l’auteure, Loana Hoarau, de vouloir jouer avec nos nerfs et notre sensibilité à un tel point qu’elle en oublie nos petits cœurs.

Ce « running man » haletant nous montre à quel point l’Homme est sordide et vénal. On est pris à travers la plume de Loana dans un tourbillon d’une violence incomparable et ce jusqu’à la dernière page. Je ne parle pas de la violence froide et/ou insipide que l’on peut trouver dans certains livres, pas de ce rythme fou et plein d’action qui l’accompagne souvent, pas non plus des gestes forts menés pour plus de sang et de coups. Non, je vous parle de cette violence qui vous retourne les neurones, de celle qui vous prend aux tripes de telle sorte que vous vous demandez si oui ou non vous connaissez quelqu’un capable de telles atrocités… Une violence psychologique inouïe qui bouleverse, qui vous entraîne dans les méandres des plus bas instincts : se montrer plus fort et surtout, survivre.

Pour la petite histoire, on retrouve ici une jeune fille, Lussi, capturée, séquestrée, droguée qui se bat contre son ravisseur et surtout contre elle-même pour trouver le courage de s’enfuir et de retrouver sa  famille. Intrigue plutôt « déjà vu » mais méfiez-vous, on va ici de surprise en surprise, toujours plus loin. Un personnage bien étudié, une histoire bien ficelée et tout plein de rebondissements qui nous perdent au milieu tant les scénarios se recoupent à merveille. Vous êtes plongés dans un univers de panique, empreint de peur mais aussi de colère et on referme le livre torturé entre le soulagement, la colère et le mépris. Colère de s’être laissé prendre au jeu, soulagement de se dire que, ô grâce, ça ne va pas plus loin dans le sadisme et mépris de la race humaine dont vous avez presque honte de faire partie.

Les « acteurs » de ce livre sont bons, extrêmement bons, tant et si bien que ça n’en est que pire : on se demande au final si cette histoire sort de l’imagination complexe de l’auteure ou s’il s’agit d’un triste fait divers car il s’agit bien de M. tout le monde, du citoyen lambda embarqué dans une société qui le dépasse, d’une enfant qui ne connaît plus ses repères et qui, d’ailleurs, ne sait plus vraiment si elle en a eu un jour.

Du coup je ne sais pas. Est-ce que je recommande ou pas ce livre ? Est-ce que je plébiscite ? Ne serait-ce pas horrible ?

SI !!! Mais j’ai le goût du risque et j’assume de m’être régalée dans cette descente aux enfers ! On va dire que cette danse macabre fait froid dans le dos mais sans jamais un mot déplacé, sans une once de lourdeur… Bref, même si on peut avoir du mal à préter cet adjectif à ce genre de lecture : c’est BEAU !

Merci (ou pas) à l’auteure pour cette énorme claque, on en redemanderait presque : sacré coup de poing et sacré coup de cœur !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s