Vices (épisode 1)

En premier lieu, un grand merci à l’auteure Gipsy Paladini avec qui j’ai pas mal conversé pour réussir l’acheminement de ses livres 😉
Je viens en ce jour de voir qu’elle avait pris le temps d’une petite dédicace fort sympathique donc voilà… Merci !

Pour la suite, que dire ?
Les trois petits singes sont donc le tome/épisode 1. Sur recommandation de l’auteure, on va donc les lire dans l’ordre. Série de huit épisodes, cette série littéraire me semble dès lors très intéressante.

Dans un premier temps, nous allons découvrir la BJV (brigade des jeunes victimes), une équipe singulière qui, dès les premières pages, va se retrouver confrontée à la mort d’une jeune fille. Ce décès semble être un suicide tramé par les douleurs adolescentes que nous connaissons tous mais qui, dans cet ouvrage, vont être amplifiées ou tout du moins propagées par l’effet des réseaux sociaux.

Nous avons donc ici l’exposé d’un fait sociétaire et le mutisme d’une société consciente qu’elle jette la patate chaude dans chaque domaine possible (les parents, les profs…)
Nous avons aussi un point relevé sur l’entourage de notre morte : la religion. Bien présente dans le cercle familial, nous verrons que là aussi, les différences peuvent poser problème. Et de ce fait, les parents de cette jeune fille de 15 ans à peine vont la renier, car le suicide est un péché.

C’est au milieu de cette ambiance un peu glauque et quelque peu inattendue qu’on va rencontrer quelques lycéens, avec qui l’auteure va nous faire composer tout au long de son écrit, dont Enzo : le jeune intellectuel mystérieux qui n’hésite pas à braver les membres de notre fameuse brigade.

Les personnages quant à eux sont bien ficelés, une narration qui n’en dit pas trop mais assez pour qu’on entrevoit rapidement les traits principaux des caractères de ces derniers. Nous trouvons donc Marie, jeune lieutenant « fraîchement » gradée, Zolan, le chef un peu bourru à l’humour cinglant et aux mœurs paternalistes, Bia, notre jeune rebelle au cœur tendre… Nous allons découvrir un peu plus subtilement Marcus, Lecamp et Sophie, mais je ne peux trop vous en dire.

C’est avec une plume fluide, une écriture « légère » et des chapitres courts que l’auteure nous mène dans les dédales d’une affaire rongée de rancœur, de jalousie… Toute une bulle qui forme le monde des ados mais dont nous ne sommes pas à l’abri finalement car, on est toujours un peu ado quand on est amoureux.

Gipsy prend le temps de jauger tout du long ses personnages et son intrigue : ce n’est jamais ni trop sombre, ni trop gai ! Elle nous guide bien quand elle nous prévient qu’il faut lire dans l’ordre car le cliffhanger de ce dernier livre du week-end me donne bien envie de me plonger dans le deuxième opus.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s