La destinée des désolations (tome1)

Je viens de terminer le Service de Presse d’Arnaud Niklaus et le remercie de m’avoir confié son bébé afin que je puisse lui faire un retour. En revanche, si mauvaise note il y aurait à mettre, ce n’est ni pour son intrigue qui est intéressante et à approfondir, ni pour ses personnages sympas mais plutôt pour nous mettre l’eau à la bouche avec 35 pages et nous laisser en plan, armés d’une curiosité non assouvie. Rassurons-nous, c’est un premier tome !

Un petit résumé : Dans un futur proche, Casey Alexander parcourt les restes du monde, avec un seul but en tête : trouver un havre de paix. Au cours de son périple, il rencontrera ses futurs alliés… Comme ses futurs ennemis ! En leur compagnie, Casey tentera l’impossible pour survivre et trouver une terre accueillante où vivre…
Tour d’abord, l’auteur nous fait bien sentir dès ses premiers mots qu’on n’est pas dans un monde de « fillettes », du post apocalyptique cru, dur, sans le moindre sentiment : voilà la deuxième phrase… « Leur ex-propriétaire n’avait pas été facile à convaincre de céder ses chaussures… Mais une bonne balle dans la tête résolvait souvent la plupart des conflits naissants, n’est-ce pas ? »

Comment dire ? Ça plonge bien dans l’ambiance, non ? On apprendra très vite que son protagoniste, Casey, vadrouille dans des zones désertiques de « désolation » afin d’y trouver une âme. Nous baignons dans une traversée de villes en ruines, des vestiges d’un temps glorieux ou la seule règle est tuer pour survivre.
La plume de l’auteur nous emmène par une écriture fluide à travers une période où les Hommes sont cruels et vivent dans la loi du talion. Un peu de Darwinisme en toile de fond, nous avons donc les ingrédients pour nous faire un bon petit livre de soirée avec un bon verre (pour nous rappeler qu’on n’a pas encore tout à fait la tête à l’envers, nous !)

Bref, je remercie Arnaud Niklaus pour sa confiance et il me tarde de voir la suite de cette histoire qui m’a trop laissée sur ma faim ! Ce sera d’ailleurs mon seul bémol : il y a un tome deux certes, mais il n’y a pas de transition, ce qui est un chouïa violent pour une âme comme la mienne… Je pense que les deux tomes doivent se lire à la suite afin de ne pas avoir cette brèche (voire ce sillon) qui sépare l’intrigue de façon trop abrupte.
Pour le reste, à découvrir, univers intéressant qui laisse à présager plusieurs facettes et temporalités !

Bonne lecture !

 

désolation

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s