Une promenade hors du corps

Voilà que je referme, un peu stressée par le superbe cliffhanger, les 430 pages du deuxième volet de Luisa Gallerini, Promenade hors du corps.
Souvenez-vous du premier, La momie de Pâques, et s’il n’est pas lu, commencez par là 😉

Un petit résumé :
Imaginez qu’un à un, vos sens se dérèglent : l’odorat, le goût, l’ouïe, la vue, le toucher. Imaginez que des pouvoirs surnaturels commencent à se manifester : intuition, télépathie, voyance. Imaginez, enfin, que vous êtes une honorable mère de famille dans le Paris bourgeois du 19ème siècle. Croyez-vous que la société vous accueillera à bras ouverts ? Pour Adélaïde, tout commence par une botte de persil au marché. Puis c’est l’engrenage : exorcisme, asile psychiatrique… Où se terminera son cauchemar ?
En pleine crise d’éternité, Marie se sent terriblement seule. Existe-t-il d’autres immortels sur terre ? Qui sont « Ceux d’en haut » ? Se soumettra-t-elle aux lois, aux rituels de cette communauté de l’ombre ? Et pourquoi ses membres s’intéressent-ils tant aux expériences de mort imminente ?
Second tome de la série Ceux d’en haut, « Une promenade hors du corps » fait suite aux aventures de Marie dans « La Momie de Pâques ».

Ce coup-ci, ce n’est pas dans les années 1860 que nous démarrons l’épopée mais en 1883 où nous faisons la connaissance d’Adélaïde. Mère et femme souffrant de crises entre angoisse et paranoïa (de ce qu’on nous en laisse croire en tout cas). Nous suivons une femme meurtrie, plongée dans la souffrance et dévorée par le rejet de ceux qu’elle considère comme ses proches. Elle doit se faire fureur pour ne pas se laisser convaincre de sa folie. C’est alors une guerre perdue d’avance qui commence mais qu’elle mène avec brio. On parcourt son destin au fil des pages aux frontières du réel, avec un soupçon d’ésotérisme.

Nous retrouvons (toujours en parallèle) notre Marie, devenue Julie. Toujours en quête de savoir sur l’immortalité qu’elle a acquis récemment et avec laquelle elle apprend à vivre à petit pas, elle vit dans une traque quotidienne menée par ceux qui semblent connaître son secret. Guidée par son amie Luisa, elle comprendra alors qu’elles ne sont peut-être pas seules et que des recherches sont nécessaires. On découvrira alors à travers le Darknet l’existence du Big Bang Tree (arbre généalogique universel). Partagée entre sa volonté de comprendre et son incrédulité, elle s’engage dans une aventure sans précédent.

C’est lors de la rencontre avec Rosalie que Marie découvrira l’existence d’autres immortels. Au sein d’une amitié naissante, sincère et sauvage, on découvre peu à peu le mystère qui les entoure. On plonge peu à peu dans toute une organisation hors pair qui dirige le monde. Qui sont-ils ? Quelles sont leurs ambitions ? Quels sont les enjeux ? Et qui sommes-nous ?

Entre changement de lieux, d’époques, nous voilà encore une fois plongés dans une belle aventure dont le deuxième opus n’a rien à envier au premier. Bref, je remercie encore l’auteure de m’avoir permis de redécouvrir son univers plein d’espoir et de poésie. Je vous conseille vraiment ce moment de lecture, qui m’a fait penser aux Thanatonautes de Werber, toute histoire concernant la NDE et la Recrue qui découvre à sa vitesse le monde auquel elle appartient désormais.
Une plume fluide, des mots bien choisis, une intrigue qui se consomme sans modération et de personnages attachants… Que demander de plus ?
C’est avec impatience que j’attends la suite !

Bonne lecture à tous ! 🙂

Vous le trouverez à feuilleter comme a lire, tout simplement, par ici –>

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s