Un si charmant garçon

Je referme les 368 pages du thriller de Christelle Rousseau, Un si charmant garçon, dont vous voilà un résumé :
Quel rapport entre un petit garçon turbulent et assurément mal dans ses baskets et les disparitions d’enfants dans le petit village de Gleinbeigh en Irlande ? À première vue, aucun, mais il ne faut jamais se fier aux apparences…
Pourquoi trente ans plus tard, un inconnu s’en prend-il à une journaliste d’un grand journal parisien ? Y a t-il un lien avec le tueur de rousses sur lequel elle enquête ? Qui est le malade qui lui envoie des cadeaux si spéciaux ?
Et si passé et présent étaient liés ?

D’abord choquée par les premières pages du livre dans lequel j’ai cru reprendre celui de Courtois, Les lois du ciel, j’ai grandement appréhendé la lecture de ce dernier. Pourtant, je me suis laissée happer par l’histoire et les pages ont défilé. Il faut dire que les explications et les motivations données à ce jeune gamin de huit ans sont bien plus poussées, et nous avons tout un opus sur la solitude, la jalousie et l’amertume : en gros, la naissance d’un être dérangé qui nous conduira à la description maline d’un tueur.

Je ne peux pas en dire trop, car on rentre très vite dans le vif de l’intrigue, et j’aurais trop peur de spoiler. Nous avons ici une écriture fluide, une intrigue bien ficelée et quelques retournements de situation bien positionnés. De mon coté, j’avais découvert assez rapidement qui était qui, mais croyez-moi, ça ne gêne vraiment en rien la lecture de l’ouvrage (je pense même qu’il y avait cette volonté de la part de l’auteure de ne pas faire traîner sur le « qui » mais plutôt sur le « comment »). Des descriptions travaillées, des mises en scènes bien pensées, bref… on s’y croirait ! Tantôt dans la tête d’un protagoniste, tantôt dans celle d’un autre, l’auteure a su jongler avec les mots comme avec ses personnages. Nous avons là un effet assez surprenant puisque nous savons dès le départ à quoi nous en tenir avec quelques passages « trash » qui sauront mettre en avant toute la rancœur et la violence du personnage, dont on découvre au fur et à mesure l’esprit torturé aux desseins malsains.

Il s’agit donc d’une lecture addictive, une situation peu commune où nous entrons dans les pensées de plusieurs protagonistes dont les histoires s’entremêlent, une analyse rapide mais sincère de modus operandi… Tous les ingrédients sont là pour nous faire froid dans le dos. Une histoire exceptionnelle tournée sous un angle particulier et bien menée. Un personnage troublant, dérangeant qui vous fera vous poser des questions sur des éléments potentiellement déclencheurs d’une psychopathie aggravée par le temps qui passe. Ne pas donner le bon Dieu sans confession… les anges ne sont pas toujours ce qu’ils semblent ! 🙂

Comment mettre le doigt sur un comportement malade et le distinguer d’une simple « différence » ? Jusqu’où le mal peut-il nous porter ? Entre ressentis et manipulations tant physiques que psychologiques, je conseille cet ouvrage bien sympathique.

Je remercie Évidence Édition de m’avoir permis de découvrir l’univers dérangeant et décalé de Christelle Rousseau, à suivre… 🙂
Bonne lecture à tous !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s